Monday, 25 September 2017
 
 
Recherche
Remous communautaires
0

375e : le cadeau des Haïtiens à Montréal

« De M. et Mme tout le monde, à coup de 20, 50, 100 dollars », les Haïtiens de Montréal ont fait un legs à la Ville, dans le cadre de ses 375 ans, le 23 août dernier, Journée internationale de la traite négrière.

375e : le cadeau des Haïtiens à Montréal

Le cadeau consiste en un buste de Toussaint Louverture, le précurseur de l’indépendance haïtienne (1804), réalisé par l’Haïtienne Dominique Dennery. L’œuvre est montée sur un socle à l’entrée de la place qui porte le nom de cet héros de l’indépendance sur la rue Maisonneuve, au centre-ville de Montréal.

« Je suis très content de ce beau cadeau que vous offrez à la Ville. Dorénavant, Montréal fait partie de beaucoup d’autres villes comme Bordeaux (France), Miami (USA), Allada (Bénin), Québec, Cap-Haïtien qui possèdent un buste de Toussaint Louverture », a dit Denis Coderre, le maire de Montréal, dans un créole parfait mais avec un accent lourd.

• «Vous êtes une communauté exceptionnelle qui fait partie de l’ADN de Montréal, a ajouté le maire, en français cette fois, je ne peux imaginer Montréal sans aussi la communauté haïtienne, la diaspora haïtienne.»

Dans son discours, Denis Coderre a surtout noté que « les temps sont troubles » pour la communauté haïtienne dans une allusion à l’arrivée subite et de façon irrégulière d’Haïtiens en provenance des États-Unis.

« Le message de Toussaint Louverture c’était : la dignité, la fierté, l’égalité, la citoyenneté, la même pour tous, a-t-il dit, vous voyez ce qui se passe dans le Sud, ce qui se passe ici. Nous devons combattre toute forme de violence et travailler non pas à bâtir des mûrs mais à construire des ponts.»

Deuxième cadeau

L’Haïtien Frantz Benjamin, conseiller de Saint-Michel et président du conseil de ville de Montréal, co-présidait le Comité d’initiative qui travaillait sur le cadeau à offrir.

Pour lui, ce geste vise à « marquer et à pérenniser la présence haïtienne ici». « Nous avons voulu que ce soit l’argent des Haïtiens qui finance la fabrication du buste, a dit M. Benjamin, et nous avons voulu le remettre à la ville un 23 août, car cette Journée de la traite négrière est célébrée à Montréal depuis 12 ans et cette commémoration puise son sens en Haïti même ».

C’est la deuxième fois que la communauté haïtienne au Canada donne un cadeau à une ville d’ici. Il y a deux ans, les quelques 20 000 Haïtiens de Gatineau ont offert un buste, cette fois de Jean-Jacques Dessalines, un autre héros de l’indépendance, à cette ville de Québec.

Et pour Frantz Liautaud, ambassadeur d’Haïti à Ottawa, «cela démontre que l’esprit communautaire est en train d’imprégner nos communautés à l’extérieur. »

« Il y a un autre symbolisme, ajoute-il, cela se passe à Montréal à un moment où des citoyens haïtiens vivent des situations difficiles et compliquées, que l’on puisse démontrer qu’il y a une communauté ici qui reconnaît la terre d’accueil qui les a reçus en offrant ce buste.»

La campagne se poursuit

En plus de cette statue de Toussaint Louverture, la communauté haïtienne veut réaliser, d’ici trois semaines, des albums souvenir de leur présence ici.

Mais les fonds (environ 10 000 dollars) pour la réalisation de cette deuxième phase du projet ne sont toujours pas disponibles. « La campagne de financement se poursuit », indique Jean Claude Icart, coordonnateur du Comité d’initiative.

La fabrication du buste a coûté environ 30 000 dollars collectés à même les poches de Haïtiens. C’est le Bureau de la communauté haïtienne de Montréal (BCHM) qui est l’organisme fiduciaire du projet.

« En ces moments difficiles que vit la communauté haïtienne, on a besoin aussi de moment de fierté. Et ce 23 août, on l’a trouvé. Cela nous donne un regain d’énergie pour continuer à travailler avec nos communautés »- Ruth Pierre-Paul, directrice générale du BCHM.

Pour participer à la campagne de financement et pour avoir son nom graver dans l’album souvenir, vous pouvez y contribuer ici : https://www.bchm.ca/faire-un-don/

Au milieu, le maire de Montréal Denis Coderre. On reconnaît aussi Frantz Benjamin et Nathalie Pierre-Antoine qui co-présidaient le Comité d’initiative.

Partagez:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par Jean Numa Goudou

Il y a 0 commentaires

Exprimez-vous

Votre opinion compte pour nous?
Laissez un commentaire!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *