Sunday, 19 November 2017
 
 
Recherche
De la culture avant toute chose
0

Écrire pour dénoncer et soutenir des causes

Après «Au nom du peuple, du fric et du saint d’esprit» Frédéric Boisrond vous propose «Ferme les yeux bouche le nez et avale», traduction de «Femen zyew, bouche nenw, vale dlo santi a», en créole, et dont le lancement a eu lieu le samedi 3 juin dernier au Musée de maîtres et des artisans du Québec, à Montréal.

Écrire pour dénoncer et soutenir des causes

Frédéric Boisrond a signé son deuxième livre le samedi 3 juin dernier à Montréal


L’auteur qui n’écrit pas pour plaire ou pour distraire les esprits, dénonce à l’encre forte des mythes, des mensonges sur la démocratie entre autres en invitant son lectorat à lire entre les lignes des informations qu’il reçoit.

«On nous fait avaler des mensonges et on ne nous dit pas toute la vérité sur ce qui se passe dans notre monde», affirme le sociologue de formation et  détenteur d’un MBA.

Dans la série de mensonges et de mythes qu’il dénonce à travers le monde, Haïti n’en est pas exempte. Pour Frédéric Boisrond, Jovenel Moïse, l’actuel président haïtien est illégitime.

  • «On peut admettre qu’il a gagné, dit-il,  mais son élection a été organisée par un président illégitime en l’occurrence Jocelerme Privert et donc le résultat de ces élections est illégitime et le gagnant l’est aussi».

L’auteur revisite l’information au Canada tout aussi bien qu’aux États-Unis notamment l’élection de Donald Trump dans son dernier livre.

Engagé

Frédéric Boisrond croit qu’il n’y a pas que la politique comme voies et moyens pour provoquer des changements dans ce monde. L’engagement citoyen étant la meilleure façon à ses yeux, il tente de fouetter le sens de l’implication chez tout un chacun à travers ses bouquins dont les recettes sont dédiées à des causes.

Tout le revenu de son lancement, soit 4025 dollars,  a été remis le 3 juin dernier, à la Dauphinelle, une maison pour femme victime de viol, à Montréal.

  • «Je ne fais pas ce lancement pour me faire de l’argent, dit-il en entrevue à In Texto, je le fais pour défendre les choses que je dénonce»

On ne retrouve pas les livres de Frédéric Boisrond en librairie. Il faut les acheter en ligne sur son site www.fredericboisrond.com au coût de 24,95 dollars.

Il en imprime un millier d’exemplaires à chaque fois. «Les librairies allaient me donner seulement trois dollars par livre vendu et j’en aurais pas assez pour soutenir mes causes». Son premier bouquin a été vendu à 800 exemplaires sur Internet, ce qui lui a permis de «soutenir des causes».

Qui est Frédéric Boisrond

Il a, pendant 8 ans, enseigné au CEGEP Bois-de- Boulogne. Depuis 2009, il enseigne à l’Université McGill.

Frédéric Boisrond a passé 18 années au YMCA de Montréal pendant lesquelles il a été directeur général des centres communautaires Notre-Dame- de-Grâce et Hochelaga-Maisonneuve. En 2000, il est retourné dans son pays d’origine, Haïti, pour y fonder le YMCA d’Haïti. Une des premières organisations à avoir reconstruit ses installations selon des normes parasismiques, le YMCA d’Haïti a été classé par le Huffington Post dans son Top 10 des organisations nationales et internationales les plus efficaces depuis le tremblement de terre de 2010.

Frédéric Boisrond a développé une expertise en Stratégies d’affaires pour des travailleurs autonomes et des organismes à but non lucratif. Sa firme, Solutions Feed-back Actif, offre des services de planification stratégique, de mentorat, de gestion par intérim et de planification de campagne de financement.

En 2006, il a réussi la restructuration de l’Association de Montréal pour la déficience intellectuelle. En 2008, il a complété l’implantation de l’ONG Action contre la faim Canada. Il a, entre autres, dirigé Radio Centre-Ville, le Comité d’adaptation de la main-d’œuvre pour personnes immigrantes (CAMO-PI) et le

Regroupement des Associations PANDA du Québec. Citoyen engagé, Frédéric Boisrond est impliqué depuis plus de 20 ans auprès de La Dauphinelle, une maison d’hébergement pour femmes victimes de violence. Il a présidé le Conseil d’administration du Centre d’action bénévole St-Laurent et il a fait partie de l’équipe mandatée par le gouvernement du Québec pour repositionner les Centres jeunesse de Montréal.

En 2015, il a proposé une nouvelle stratégie pour réorganiser et redynamiser la campagne de financement pour la construction de la nouvelle Maison d’Haïti.

Son parcours professionnel a amené Frédéric Boisrond à séjourner dans plusieurs pays dont la Chine, la République dominicaine, la Guinée, la France, l’Espagne et le Nicaragua ce qui a alimenté ses réflexions sur le développement humain et la démocratie. Il a publié plusieurs articles sur ces sujets dans le quotidien La Presse.

 

Partagez:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par Jean Numa Goudou

Il y a 0 commentaires

Exprimez-vous

Votre opinion compte pour nous?
Laissez un commentaire!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *