Saturday, 26 May 2018
 
 
Recherche
Actualités
0

Haïti accuse l’ONU de nuire à sa stabilité

C’est un communiqué de la Mission des Nations unies pour la stabilité en Haïti (MINUSTAH) sur la marche chancelante de la justice haïtienne qui vient refroidir les rapports avec Port-au-Prince. Dans cette note, datée du 25 février dernier, la mission de l’ONU salue d’une part la nomination d’un juge pour l’instruction du dossier de corruption Petrocaribé et déplore d’autre part le laxisme du régime de Port-au-Prince face à deux autres affaires de justice.

Haïti accuse l’ONU de nuire à sa stabilité

L’affaire Petrocaribe est devenue une saga politico-judiciaire depuis la rédaction de deux rapports du Sénat haïtien sur la corruption qui entoure ce programme de prêt entre Haïti et le Venezuela.

  • « Je salue l’initiative et le rôle actif des citoyens haïtiens et de la société civile engagés dans la lutte contre la corruption et l’impunité. Leurs actions démontrent que la population défend l’obligation de rendre des comptes ainsi que la justice », a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies (RSSG) et chef de MINUJUSTH, Susan D. Page au sujet de Petrocaribe.

Plus loin Susan D. Page déplore que, sur le plan des droits humains, Haïti traîne encore la savate. « La Mission regrette toutefois qu’aucun juge d’instruction n’ait été chargé d’examiner les allégations de violations des droits humains commises par des unités de la Police Nationale Haïtienne (PNH) à Lilavois le 12 octobre 2017, au cours desquelles au moins une personne a été tuée, ainsi qu’à Grand Ravine le 13 novembre 2017, où huit civils auraient été sommairement exécutés, en plus des deux officiers de la PNH tués. », indique le communiqué des Nations unies.

Madame Page appelle donc les autorités haïtiennes à assigner « sans plus tarder » un juge à ces deux affaires, ce que le gouvernement haïtien perçoit comme « une attitude partisane, nuisible à la stabilité politique et institutionnelle ».
Dans un communiqué du ministère haïtien des Affaires étrangères, Port-au-Prince affirme que « cette déclaration de la représentante de l’ONU outrepasse le cadre qui lui est assigné ».

Haïti en profite, à son tour, pour remettre en question et critiquer les actions de la mission de l’ONU et dénoncer les exactions commises par la MINUSTAH. Les Affaires étrangères haïtiennes rappellent, pour la première fois et sans diplomatie aucune, le rôle de l’ONU dans l’introduction du choléra au pays.

  • « Il est surprenant, alors que l’ONU a appelé à une retraite de levée de fonds en faveur des victimes de choléra dans les circonstances que l’on sait, une telle déclaration puisse être exprimée reflétant ce double langage qui maintient ce pays dans une incertitude permanente »-Communiqué des Affaires étrangères haïtiennes.

Haïti est allé jusqu’à même rappelé son ambassadeur auprès des Nations unies afin de protester contre cette prise de position de la mission.

 

Partagez:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par Jean Numa Goudou

Il y a 0 commentaires

Exprimez-vous

Votre opinion compte pour nous?
Laissez un commentaire!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *