Saturday, 16 December 2017
 
 
Recherche
Actualités
0

Haïti veut lancer une «Loto-Catherine Flon» (Audio)

Un million de gourdes chaque semaine, sinon la mise serait doublée jusqu’à ce que quelqu’un remporte le gros lot, c’est ce que propose de faire Margareth Fortuné, arrivée à la tête de la Loterie de l’État haïtien en mai 2016, avec Loto-Catherine Flon, dès 2018.

Haïti veut lancer une «Loto-Catherine Flon» (Audio)

Mme Fortuné qui était de passage au Canada, en novembre, songe à calquer le même modèle que Loto-Québec avec sa fameuse « Loto 6\49 » dont le tirage est de 5 millions plus un million garanti cette semaine.

« Nous avons déposé le projet au ministère des Finances. On attend tout simplement le dernier mot du président de la République », affirme Margareth Fortuné qui veut renouer avec le passé de cette institution autonome.

La Loterie de l’État haïtien avait contribué dans la construction de la Centrale de Péligre, dans le bétonnage d’une partie de la Grand-rue et finançait le fonctionnement de l’hôpital Sanatorium à Port-au-Prince.

Depuis l’arrivée de Mme Fortuné, la Loterie a accompagné le Conseil électoral provisoire (CEP) lors des élections de 2016 et avait apporté de l’aide aux victimes du cyclone Matthew dans le sud d’Haïti.

Recettes en hausse

Ces implications sociales sont rendues possible grâce à une nouvelle politique de rentrée d’argent instituée par la nouvelle responsable. « J’ai trouvé 196 000 gourdes sur le compte de la Loterie en mai 2016. Aujourd’hui on est à 62 millions de gourdes grâce à une campagne de sensibilisation à travers les réseaux sociaux et les médias afin de faire connaître le rôle de la Loterie », note Margareth Fortuné.

Au total, l’institution a pu retracer pas moins de 10 000 « borlettes ». Mais Margareth Fortuné évoque 150 à 200 000 banques à travers le pays citant une Étude réalisée en 2014 par une firme étrangère. Ouanaminthe, Cap-Haïtien, Saint-Marc, La-Plaine et Carrefour regorgeraient la plupart des jeux de hasard selon elle.

  • « On travaille à ce qu’il y ait une autre loterie. Ici, Loto-Québec fait des millionnaires, des œuvres sociales etc… C’est ce que nous aimerions aussi que la Loterie de l’État crée des emplois et des millionnaires à travers nos produits. Que ceux qui réalisent des combats de bœufs, de coq tout comme les casinos et les banques de borlette viennent se procurer une autorisation pour ce faire.»

90 ans, 4 millions

Une Loi datant de 1958 autorise la Loterie de l’État haïtien à réguler les jeux de hasard et à commercialiser également des produits comme Loto-90 dont le 4e et dernier tirage a lieu le 17 décembre prochain. Il s’agit d’un million de gourdes.

Loto-90 est un produit offert par l’institution à l’occasion de ces 90 ans en cette année 2017.

« Il n’y a tellement pas de travail qu’on achète de l’espoir. Supprimer les jeux, c’est priver les gens de rêver »- Centrale de Lesly Center, directeur adjoint Port-au-Prince, 6 décembre 2011, « Gaguère (combat de coqs) et borlette (loterie) », Géographie et Cultures, de Marie Redon.

« L’absence de contrôle, que ce soit étatique ou communal, sur ces jeux et les sommes d’argent qu’ils génèrent semble symptomatique d’un pays qui se dérobe sans cesse à l’analyse, peut-être précisément parce qu’y coexistent avec force divers degrés de réalités. » Marie Redon dans sa Conclusion de Gaguère (combat de coqs) et borlette (loterie)

https://gc.revues.org/1377

 

 

Partagez:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par Jean Numa Goudou

Il y a 0 commentaires

Exprimez-vous

Votre opinion compte pour nous?
Laissez un commentaire!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *