Monday, 25 September 2017
 
 
Recherche
Opinion
0

L’édito «In Texto»

«Faut se parler» chantait François Dompierre en 1975 car on était six millions, au Québec. Ça, c’était pour publiciser une bière bien connue, ici. C’est devenu le slogan passe-partout pour appeler au dialogue de toute nature, notamment en temps de guerre et de bisbille politique. Imaginez six millions d’individus dans une arène à se parler […]

L’édito «In Texto»

logo-retina

«Faut se parler» chantait François Dompierre en 1975 car on était six millions, au Québec. Ça, c’était pour publiciser une bière bien connue, ici. C’est devenu le slogan passe-partout pour appeler au dialogue de toute nature, notamment en temps de guerre et de bisbille politique.
Imaginez six millions d’individus dans une arène à se parler «live», sans médium aucun. D’où les médias pour tuyauter ce dialogue qu’il soit politique, culturel, social comme Facebook ou intellectuel comme Twiter.
Ces réseaux sociaux nous permettent de nous voir, de nous écrire, de partager en privé ou en public notre intimité. Vous savez, le réseautage social a de ses virtualités qui nous limitent quand même. Et pour bien nous regarder dans le miroir de la société «d’accueil», Il nous faut quelque chose de plus concret: In Texto.

Question d’admirer nos beautés, nos bons coups, notre fierté, notre parcours de combattants, notre résilience face aux mauvais coups de la vie. Se voir pour qu’on se dise les vraies affaires.Comme, par exemple, une mèche de cheveux qui voltige, une poutre dans les yeux qui nous empêche de foncer vers l’avant etc…

Nous voir

Au Québec les Haïtiens sont près de 120 mille selon la dernière «Enquête nationale auprès des ménages», réalisée en 2011. Et donc pour se voir il nous faut un point de rencontre, un espace commun : «In Texto journal PAM, notre journal. Car, voyez-vous, on n’entre pas chez les autres comme ça. Ce n’est pas un moulin, on comprend bien, mais…
Ici on y retrouvera les grands défis qui nous touchent: l’éducation de nos enfants, les maladies qui nous frappent, nous en particulier, notre poids en politique «d’accueil». Tous les enjeux qui viennent nous chercher dans nos trippes, tout comme nos casse-croûtes, nos studios de beauté, nos taxis, nos organismes communautaires, nos modèles de réussite et d’intégration depuis des décennies et cetera, «et ra».

Très content

Oui, on doit s’intégrer «In Texto», dans tout que cela implique comme précision, comme vérité et de juste dans nos «messages texte», par opposition à une logique de ghettoïsation. Depuis 12 ans déjà, avec CPAM, 1410 aujourd’hui, on s’écoutait à la radio dix sur dix. On s’entend…hein? Venu le temps de nous voir finalement. Et, je vous le dis, je suis vraiment très content de vous voir.
Bonne lecture

Partagez:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par Jean Numa Goudou

Il y a 0 commentaires

Exprimez-vous

Votre opinion compte pour nous?
Laissez un commentaire!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *