Tuesday, 17 July 2018
 
 
Recherche
Actualités
0

Montréal-Nord : le choix de Stéphanie Casimir

Poussée dans le dos depuis son plus jeune âge vers la politique, Stéphanie Casimir, présente depuis 42 ans au Québec, n’a jamais eu le cran de se lancer dans l’arène.

Montréal-Nord : le choix de Stéphanie Casimir

La candidate au poste de conseillère d’arrondissement dans Ovide-Clermont, à Montréal-Nord, sous l’enseigne de Projet Montréal confie avoir eu peur depuis tout ce temps.

« Je trouvais que les gens étaient cyniques, dit-elle, qu’ils avaient un coté un peu requin en politique. Ça me faisait peur », confie-t-elle en entrevue à In Texto.

La candidate avoue avoir vaincu cette inquiétude aujourd’hui grâce à de nombreuses expériences professionnelles qui lui a fait prendre conscience de la nécessité d’aller plus loin que ses implications sociales et communautaires.

Son passage à l’emploi de la Maison d’Haïti lors du tremblement de terre qui avait secoué son pays d’origine (Haïti) mais aussi son travail comme agente de mobilisation à Montréal-Nord dans le cadre d’un projet sur la rue Dijon sont à l’origine de son « éveil politique ».

« Cela m’a fait prendre conscience qu’en fait, la politique n’était qu’une suite, un prolongement de services à la population et qu’il n’y avait pas de raison d’avoir peur.”

  • « Je le fais déjà depuis des années, ajoute-elle, sauf que cela me donnera le pouvoir d’agir plus concrètement »-Stéphanie Casimir

L’engagement citoyen et communautaire de Stéphanie Casimir remonte au début de son adolescence.

  • Déjà, à 12 ans, elle était aide-monitrice au sein d’un organisme communautaire.
    • En 5e secondaire, elle représente son école aux États généraux sur l’Éducation au Québec.
    • Avec la Ligue des Noirs du Québec et l’Office franco-québécois pour la jeunesse, elle participe, en France, à une Étude comparative sur les communautés culturelles.
    • À 19 ans, elle fait partie des jeunes libéraux

Cette journaliste bachelière doublée d’un certificat en Relations publiques est aussi à l’aise dans tous les milieux. Depuis une quinzaine d’années, elle réalise des médiations culturelles et sociales qui visent à faire diminuer les préjugés. Elle reçoit et forme notamment des étudiants en Technique policière, éducation spécialisée et technique de la petite enfance.

« Je n’ai pas de difficulté à parler à tout type de clientèle », souligne la candidate qui mène une campagne qu’elle trouve « difficile » comme mère seule mais passionnante en même temps dans un quartier qui regorge d’ethnies.

Stéphanie Casimir n’a pas seulement brisé sa peur de la politique. Elle a aussi chassé des préjugés qu’elle avait elle aussi par rapport à Montréal-Nord. En 2000, elle quitte Outremont en passant par NDG, Anjou pour aboutir en fin de compte à Montréal-Nord pour y vivre avec son fils.

« J’aime beaucoup Montréal-Nord, dit-elle, un arrondissement dynamique avec énormément d’activités et des organismes très impliqués auprès de la population.»

Projet Montréal lui avait proposé de se présenter dans un autre arrondissement, sans succès. « J’ai choisi Montréal-Nord », déclare la candidate.

Partagez:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par Jean Numa Goudou

Il y a 0 commentaires

Exprimez-vous

Votre opinion compte pour nous?
Laissez un commentaire!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *