Sunday, 19 November 2017
 
 
Recherche
Blogue
0

Salaire, actifs ou les deux ?

La littératie financière est un mot à la mode ces jours-ci. Les banques s’associent à la fondation canadienne pour la littératie financière et lancent des initiatives tels Parlons argent avec nos enfants.

Salaire, actifs ou les deux ?

Le mouvement Desjardins appuie l’Acef dans l’initiative : Mes finances, mes choix, un programme gratuit aux élèves de quatrième et cinquième secondaire  sur des sujets variés tel que le crédit, le budget et les impôts. Et finalement, le ministre de l’Éducation annonçait en décembre dernier que dès l’an prochain, les élèves de cinquième secondaire recevront tous un nouveau cours d’éducation financière.

En toile de fond de cet intérêt pour la littératie financière : l’endettement record des ménages qui ne fait qu’augmenter et qui laisse présager un désastre financier en cas d’une hausse des taux d’intérêts.

Plusieurs contribuables ne comprennent tous simplement pas comment le système financier fonctionne. Enseigner les finances est donc une solution, pour permettre à tous d’améliorer leurs compétences financières. Néanmoins, ces mesures vont-elles assez loin pour vraiment améliorer la compréhension financière des gens ?

De plus, parlons-nous réellement d’éducation financière ou de gestion adéquate d’un salaire ? L’éducation que nous recevons à l’école ou l’éducation formelle permet-elle de maîtriser la science financière ? Une grande citation de Jim Rohn semble affirmer le contraire : «L’éducation formelle vous aidera à vous faire une vie. L’auto-éducation vous aidera à faire fortune.»

L’éducation uniquement pour un emploi !                 

Il est connu, notre système d’éducation est basé sur la prémisse qu’une bonne et longue éducation conduira à un emploi bien rémunéré. Nos parents et les différents acteurs du milieu font la promotion de cette prémisse, comme si le bon salaire était la voie vers la prospérité économique.

C’est ce qu’enseigne l’éducation formelle. L’emploi est la finalité. Et pourtant, il n’est que le début. Donald Trump n’a-t-il pas récemment été élu en promettant de ramener des emplois perdus ? Certes, un emploi et un bon salaire ont leur importance. Mais ce n’est cependant qu’une des composantes de la prospérité économique.

L’auto éducation nous apprend que l’acquisition d’actifs est cette autre composante qui, si combiné avec le bon salaire, pave la voie vers la prospérité voire même l’indépendance financière.

Cet enseignement est décrit comme auto éducation parce que les livres de formations académiques utilisés en classe n’en parlent pas. A l’école, on en parle pas ! L’éducation formelle est pensée uniquement en fonction de votre intégration au marché du travail et de votre obtention de ce salaire.

Dans son livre Père riche, père pauvre, Robert Kiyosaki nous dit : «Les riches se concentrent sur leurs colonnes de l’actif tandis que les autres se concentrent sur leur état des résultats. Les plus pauvres se concentrent donc sur leurs revenus d’emplois tandis que les riches comprennent que leurs revenus d’emplois financent l’acquisition d’actifs qui eux à leur tour, bonifient leurs revenus d’emplois et créent des revenus provenant de leurs actifs». La beauté de tous ceci est que les actifs eux, ne dorment pas. Ils n’ont pas besoin de repos ni de sommeil. Ils travaillent sans arrêt, même quand vous dormez.

Éduquer pour prospérer

Savoir gérer son salaire est une bonne chose. Savoir comment investir son salaire est encore mieux. L’individu qui reçoit une solide éducation financière comprend que le salaire n’est qu’une composante et que sans la deuxième composante, il pourrait devenir esclave de celui-ci.

Combien de gens qui ont un très bon salaire mais vive paie par paie ou même sont à la recherche d’un deuxième emploi ? Combien de gens ne peuvent quitter leurs emplois parce qu’ils ont trop de responsabilités économiques à leur charge ? Combien de gens travaillent comme fonctionnaire uniquement à cause de la sécurité d’emploi qu’ils ont ?

Nous allons éduquer financièrement adéquatement lorsque nous n’allons pas uniquement nous résoudre à éduquer quelqu’un pour qu’il puisse intégrer le marché du travail. Nous allons démontrer notre sérieux au niveau de la littératie financière lorsque nous allons mettre l’emphase sur le crédit, le budget mais aussi sur l’achat d’actifs et l’effet de levier. Nous allons éduquer correctement lors que cette éducation permettra d’aspirer à l’indépendance financière.

Les différents programmes actuels de littératie financière sont animés de bonnes intentions. Ils ne vont cependant pas assez loin !

 

 

Partagez:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest
  • mail

Écrit par Grégory Excellent

Il y a 0 commentaires

Exprimez-vous

Votre opinion compte pour nous?
Laissez un commentaire!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *